Le long du fleuve

This reading was recorded by Alessandro Mistrorigo at Xena – Centro scambi e dinamiche culturali in Padua, Italy, on the 28th of March, 2014, within the Europoems project.

Read by Serge Delaive on 28 March 2014

Le long du fleuve

Je marchais
sur la partie infidèle des jours
j’allais vers la hâte des cormorans
qui effarouchaient la brume
là-bas le soleil renversait
du vin sur la neige
et répandait les cendres du crépuscule
contre la peau de l’hiver

Par les fenêtres grandes ouvertes
le fleuve fuyait (sa manière à lui de disparaître)
et je me jouais doucement dans la tête
la ballade de l’homme mort
quand l’art migratoire des oiseaux
à la dérive sur les îles mouvantes du ciel
rassemblait les nuages
réunis aux tendons de la nuit
la nuit qui approchait à pieds nus
avant de remettre à l’eau la suite du fleuve
la débâcle des eaux grosses
enroulées autour de leur propre soif

Et c’est ainsi qu’est apparue
dans le sillage de la mémoire
mon enfance de marécages
il ne me restait alors d’autre choix
que de me soumettre au jugement du saule.

from Art Farouche (Paris: Éditions de la différence, 2011).

Share this Poem with your co-workers or friends